Ma photo
Rétro-information, veille et suivi-média en temps réel.

vendredi, juillet 09, 2010

Comme dans le 1984 d'Orwell, on ré-écrit l'histoire du Québec

+ + +
Que je ne voie plus une photo d'archive montrant René Lévesque avec une cigarette au bec. Les albums de Lucky Luke devront être mis à l'index, de même que Tintin et l'horrible pipe du capitaine Haddock. Sherlock Holmes? On envoie ses histoires au bûcher. Et message à Max Gros-Louis: pourriez-vous retirer ces calumets de vos boutiques et de votre Hôtel Musée? Les grands inquisiteurs du Tabac n'aiment pas.


COMME DANS 1984 D'ORWELL :

Le passé rattrape le musée Gilles-Villeneuve

Les inspecteurs chargés d'appliquer la loi sur le tabac tentent-ils de réécrire l'histoire?

Le musée Gilles-Villeneuve risque de devoir payer une amende parce qu'on peut voir le logo des cigarettes Malboro sur des photos du célèbre coureur automobile. 

En juin dernier, Alain Bellehumeur a présenté une exposition sur Gilles Villeneuve, rue Crescent, lors du Grand Prix de Montréal. Les amateurs de course automobile pouvaient y admirer des photos d'époque prises durant la carrière du pilote. Il s’agissait de souvenirs reliés au Grand Prix.

Tout se déroulait rondement jusqu’à ce que le collectionneur reçoive la visite d’inspecteurs de la police antitabac, le 12 juin. Ces derniers n’ont pas apprécié ce qu’ils ont vu. Partout sur les photos, le logo des cigarettes Marlboro est bien visible, sur le casque ou sur la combinaison de course du défunt athlète. Selon les agents, il s'agit de promotion en faveur du tabac.

«On en avait une (photo) qui était exposée, c’était Gilles avec son frère Jacques. Évidemment, il y avait le logo sur l’habit de Gilles…C’était comme ça à l’époque», rappelle Alain Bellehumeur, directeur général du Musée Gilles-Villeneuve. 

Mais pour les inspecteurs, il s'agit de publicité déguisée. Cette pratique est interdite au Québec depuis 2003, année où on a interdit aux compagnies de tabac de commanditer des événements sportifs. «J’ai une banque de deux-trois mille photos de Gilles… S’il faut retoucher toutes les 2000 photos sur Photoshop…Ça n’a pas de sens… c’est l’histoire», explique Alain Bellehumeur. 

Le directeur général du musée Gilles-Villeneuve peut continuer à exhiber sa collection, mais seulement dans son musée. «Le musée ne pourrait plus sortir de son édifice pour aller faire sa promotion ou aller faire connaître Gilles Villeneuve à d’autres générations plus jeunes, on est comme confiné ici…», dit le directeur général.

Ce dernier ne sait pas encore s’il devra payer l’amende, qui pourrait s’élever jusqu’à 2000$. Mais pour Alain Bellehumeur, c'est le prix à payer pour préserver la mémoire du coureur automobile.

(TVA Nouvelles)

http://lcn.canoe.ca/lcn/infos/regional/archives/2010/07/20100709-183731.html



















;-D

2 commentaires:

Mélanie a dit...

Appuyez le Musée Gilles-Villeneuve

PÉTITION pour que le gouvernement du Québec autorise le musée Gilles-Vllleneuve à tenir des événements et expositions en dehors de ses murs afin de lever des fonds et de perpétuer le souvenir de Gilles Villeneuve au fil des ans, des générations. Selon le ministère de la Santé du Québec, le musée ne pourrait pas présenter des photos et objets rattachés à Gilles Villeneuve hors musée ce qui menacerait la survie de notre établissement qui ne reçoit aucune aide financière du gouvernement du Québec.

simon a dit...

les raisins fon-fon réveils plusuieurs fan de f1.GILLES est connue partout chez les gens fortunés et influents.le canada lui doit plus que le garage qui sert d'histoire à berthier.très intime le musé.frisson garanti pour amateur de course.gilles méritte quand même plus au pays.