Ma photo
Rétro-information, veille et suivi-média en temps réel.

samedi, novembre 08, 2014

LES COINCIDENCES ÇA N'EXISTE PAS

Vous êtes citoyens de Québec?
Oui?
Avez-vous remarqué?
Ce matin, il manque 5 millions dans vos poches!


Mais commençons par le commencement.
On apprend que Régis Labeaume participe à une campagne publique avec sa fille Corinne. Le maire de Québec témoigne dans une capsule vidéo aux côtés de sa fille de 15 ans qui a été, dit-il, «sauvée» par le CHU de Québec. Alors qu'elle avait trois ans, en 2002, Corinne a été victime d'une péritonite et d'une occlusion intestinale qui ont nécessité une opération d'urgence. «Ils ont sauvé ma fille, alors, pour le CHUL, pour le personnel du centre pédiatrique du CHUL, on le fait parce que ça vaut la peine.»

Dans un autre ordre d'idée (?!?!?) hier, la Ville de Québec annonçait qu'elle injectait 5 millions $ de l'argent des contribuables pour l'achat d'un cyclotron, à ce même CHU de Québec. Le cyclotron produit des marqueurs utiles à la recherche et à la détection de maladies, dont l'Alzheimer.

En politique, les apparences en disent souvent plus que les faits. C'est dans les apparences que le diable cache les détails.
Et ici, les apparences sont troublantes.
On a l'impression que le maire veut remercier le CHU avec mon argent et le vôtre.

Il manque d'ailleurs une donnée, dans le reportage: un cyclotron coûte 15 millions $. En plus des 5 millions $ de l'administration Labeaume, 3,5 millions $ proviennent de la Banque Nationale et 1,5 million $ du Groupe Dallaire, pour un total de 10 millions $.
Combien est-ce que monsieur Labeaume, très indépendant de fortune, a personnellement donné au projet, avant de venir piquer dans nos poches?

Et ne nous laissons pas berner par les écrans de fumée habituels du premier magistrat de la Ville:
Sur le prochain compte de taxes, il y aura des hausses.

Québec vieillit et les infrastructures vont continuer à se détériorer.
Et le maire va encore se plaindre qu'il faut gratter les fonds de tiroirs pour entretenir les rues et le sous-sol de la capitale. Il va encore se dire obligé de couper dans les services. Des services pour lesquels vous avez payé et surtout, pour lesquels vous paierez encore même si la qualité et la quantité en seront amoindries.
Vous avez compris :
On rit de vous. Vous paierez plus pour moins.

Les coïncidences, ça n'existe pas.
Une coïncidence, c'est le P'tit Jésus qui te tape sur l'épaule pour te dire que tu as manqué quelque chose.

5 millions pour le cyclotron.
Et comme par hasard, ce matin, il manque 5 millions dans vos poches.
T'sé...

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201411/07/01-4816859-la-ville-de-quebec-verse-5-millions-pour-de-lequipement-medical.php



jeudi, octobre 02, 2014

MAGNOTTA : JE NE VEUX RIEN SAVOIR

Procès Magnotta :

Je ne veux pas voir l'appartement de l'assassin.
Je ne veux pas voir l'état de la victime
Je ne veux pas voir la scie.
Je ne veux pas connaître la couleur de la valise.

Je ne veux pas connaitre les états d'âmes du petit ami.

Je veux juste savoir si le gars sera tenu criminellement responsable du meurtre, ou si on va l'envoyer se la couler douce dans un nid de coucous.

Faites-moi signe quand la décision sera rendue.

D'ici là, je ne veux rien savoir.


LA SOLUTION. AMEN.

« Bien sûr, j’ai été aussi embarrassé que vous de voir que c’est aussi facile que ça d’obtenir le permis donc on va essayer de voir s’ils peuvent resserrer les règles », dit le ministre Leitão.

La solution est pourtant simple:

Quand quelqu'un applique pour une une exemption de taxes en raison de la religion, qu'on exige d'eux la preuve qu'un miracle a été accompli, comme pour la canonisation d'un saint dans l'église catholique.

La solution. Amen.

http://www.journaldequebec.com/2014/10/01/le-ministre-leitao-embarrasse

CHAPEAU, MONTRÉAL

On parle beaucoup d'intimidation par les temps qui courent.

C'est même la Semaine contre l'intimidation et la violence.


Et à cet effet, on tient à Québec le Forum sur l'intimidation, auquel assiste nul autre que le Premier ministre Philippe Couillard.


Mais avouons-le : le geste le plus significatif pour lutter contre l'intimidation, celui qui va servir d'exemple, c'est la Ville de Montréal qui l'a posé ce matin à l'endroit des pompiers, de leur syndicat, et du président de leur syndicat!


CHAPEAU, MONTRÉAL!!!




http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/10/02/002-pompiers-montreal-hotel-ville-congediement.shtml

samedi, septembre 06, 2014

Quatre CF18 sur Québec, le 6 septembre 2014

Quatre CF18 sur Québec, le 6 septembre 2014




Les Snowbirds survolent Québec le 6 septembre 2014

























Les Snowbirds au mini spectacle aérien au dessus du fleuve Saint-Laurent à Québec, le 6 septembre 2014

C'EST INACCEPTABLE

Si les policiers de Québec avaient commis un crime (et absolument RIEN n'indique que c'est le cas), on verrait peut-être là une raison pour laquelle le Chef se cacherait d'ici à ce que les avocats lui permettent de commenter.

Si les policiers de Québec ont commis une erreur, il est injustifiable que le Chef, payé par les contribuables, se cache tel qu'il le fait.

C'EST INACCEPTABLE.
Photo: Radio-Canada


http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/201409/04/01-4797338-cycliste-heurte-par-la-police-des-policiers-aux-dossiers-sans-tache.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4797687_article_POS6

Je ne me pose même pas de questions



Depuis hier, chroniqueurs, commentateurs et observateurs n'ont qu'une seule expression sur les lèvres:
Qui doit-on croire?
En d'autres mots, c'est la parole de l'un contre la parole de l'autre.

Comme si, dans une balance, les déclarations de Jacques Duchesneau et celles d'Antonio Accurso avaient le même poids.

C'est faux.

Si, d'un côté, j'ai le choix entre croire un ex-chef de la police de Montréal, candidat à la chefferie d’Interpol, président de l’ACSTA, directeur de l’Unité anticollusion, député à l'Assemblée nationale, et de l'autre, un entrepreneur qui est sous le coup de près de 1000 accusations de complot, fraude, usage de faux, abus de confiance par un fonctionnaire, fausses déclarations, fausses facturations, crédits illégaux et faux remboursements de taxe, je ne me pose même pas de questions.

Même la juge Charbonneau a exprimé des doutes.



http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/09/05/003-duchesneau-accurso-financement.shtml

samedi, juin 09, 2012

ALEXANDRE ET LA BOULANGÈRE - UNE FABLE

+ + +

* Hey, Anne la boulangère, comment ça se fait que le Sandrine repart avec son pain, et que vous n'en n'ayez pas à me donner ce matin?

-- Parce que je n'en n'ai plus les moyens, mon jeune Alexandre. Vois-tu, je suis seule à la boulangerie, et à la porte, il y avait Sandrine, qui voulait acheter son pain, et toi, avec neuf de tes amis qui voulez votre pain quotidien gratuitement. Je ne suis plus capable de cultiver mon blé et de faire tout ce pain en même temps. Je ne suis plus capable de moudre mon blé et de faire tout ce pain en même temps.

* Oui, mais c'est pas mon problème, ça. Moi, je veux mon pain.

-- Je ne suis plus capable d'aller chercher la farine à la remise, et de faire tout ce pain en même temps.

* Oui, mais c'est pas mon problème, ça. Moi, je veux mon pain.

-- Je ne suis plus capable d'aller chercher l'eau à la fontaine et de faire tout ce pain en même temps.

* Oui, mais c'est pas mon problème, ça. Moi, je veux mon pain. Sandrine a eu le sien.

-- Sandrine a eu le sien parce que je suis obligée de faire moins de pain, et elle a payée pour le sien.

* Elle est bien chanceuse, Sandrine, parce qu'elle travaille aux champs. Mais c'est pas mon problème, ça. Moi, je veux mon pain.

-- Je vais te proposer un marché, mon jeune Alexandre: si tu vas aux champs ce matin, et que tu récoltes mon blé avec Sandrine, je vais te donner ton pain.

* Tu sais bien que je ne peux pas, boulangère. Le champ est bien trop loin!

-- Qu'à cela ne tienne, mon jeune Alexandre: si tu vas au moulin ce matin, et que tu mouds mon blé, je vais te donner ton pain.

* Tu sais bien que je ne peux pas, boulangère. Le moulin est tout en haut de la côte. Je ne peux pas monter cette pente. J'arriverais en haut trop épuisé pour moudre ton blé.

-- Alors, mon jeune Alexandre, va à la fontaine, ici, à côté de ma boulangerie, et rapportes-moi l'eau pour faire du pain.

* Tu sais bien que je ne peux pas, boulangère. Cette eau est tellement froide qu'avec mes doigts gelés, je ne pourrai plus couper mon pain pour le manger.

-- Écoutes, mon jeune Alexandre, si tu refuses de mette la main à la pâte, tu n'auras pas de pain aujourd'hui.

* C'est ainsi que tu l'entends, Anne la boulangère? Alors, tu vois là-bas, Francis, le maçon, et André le charpentier, et Jacques, le laitier? Tu les vois venir vers ta boulangerie pour y acheter leur pain?
Eh bien, moi et mes neuf amis, nous allons nous asseoir sur la route, et leur bloquer le chemin, à eux et à tous les autres¸ qui voudront payer pour ton pain. Et nous allons bloquer l’accès à ton champ, et Sandrine ne pourra plus s’y rendre pour récolter ton blé. Et nous bloquerons l'accès à ton moulin, et à ta fontaine.
Et nous ferons cela jusqu’à ce que tu nous donnes ton pain!

Devant cette situation, Anne la boulangère céda, et donna un pain au jeune Alexandre, et à ses neuf amis.
Mais le lendemain, quand le jeune Alexandre et ses neufs amis se présentèrent pour leur pain gratuit, la boulangerie était fermée.

Sur la porte, on lisait cet avis:
Pendant que certains croient encore au miracle perpétuel de la multiplication des pains, d'autres comprennent que la boulangerie n'est plus capable de fournir à la demande et a besoin d'une réingénierie... Morale de l'histoire? Les miracles, ne les exigez pas, mettez plutôt la main à la pâte et contribuez-y!!!
- Anne, l'ex-boulangère
- - -


















;-D

mercredi, février 15, 2012

OYÉ! OYÉ! GENS DE QUÉBEC!

+++
OYÉ! OYÉ! GENS DE QUÉBEC!
Remarquez-vous le sol qui tremble?
Percevez-vous l'air qui frémit soudainement autour de vous?
Sentez-vous cette odeur de souffre et de feu bouillonnant?

OYÉ! OYÉ! GENS DE QUÉBEC!
Entendez vous ce vrombissement assourdissant qui couvre la Ville?
Est-ce un train qui déraille?
Est-ce un avion en difficulté?
Est-ce le tonnerre qui s'abat sur Québec?

PRESQUE!!!!

En fait, c'est le maire Labeaume qui pette sa coche.
Et qui cherche un coupable à ce fiasco.
Malheureusement, il n'y a pas de miroir à sa hauteur dans son bureau...
 
Site de l'amphithéâtre : le coût de la décontamination trop élevé

http://www.radio-canada.ca/regions/Quebec/2012/02/15/008-amphitheatre-site_cout-decontamination.shtml












;-D