Ma photo
Rétro-information, veille et suivi-média en temps réel.

jeudi, mars 11, 2010

Le camionneur et l'infirmière : réflexion sur l'absurde d'une situation

+ + +
Avez-vous remarqué?

Jean Charest a dit qu'il avait les deux mains sur le volant. Pas qu'il allait prendre soin des gens. Pas la dernière fois, en tout cas.

Jean Charest s'est mis dans la peau d'un camionneur.
Pas dans la peau d'une infirmière.

Parce que monsieur Charest ne voulait pas risquer de se péter la fiole.

Laissez-moi vous expliquer.

La loi oblige le camionneur à ne pas dépasser 14 heures de conduite consécutives pour un véhicule lourd.
Aucune loi n'oblige une infirmière à limiter le nombre d'heures consécutives travaillées. Il n’y a aucune balise.

La loi impose au camionneur une amende de 900$ s'il ne respecte pas cette règle.
Au contraire, l'infirmière qui refuse de prolonger son quart de travail, même au delà de 16, voir 18 heures consécutives, risque des représailles.

La loi dit que le camionneur doit obligatoirement prendre une période de repos de 8 heures consécutives en dedans d’une période de 24 heures.
Aucune loi ne contraint l'infirmière à prendre un nombre d'heures minimum de repos.

Finalement, la loi interdit au camionneur de travailler au delà de 70 heures par semaine.
Serez-vous surpris d'apprendre qu'aucune loi ne limite le nombre d'heures que peut, ou doit, travailler une infirmière?

Ajoutez à cela un manque flagrant de personnel, et une gestion déficiente de plusieurs hôpitaux, et vous vous retrouvez avec des infirmières épuisées, qui doutent elles-mêmes de leur capacité à accomplir adéquatement leur travail tant le rythme qui leur est imposé est inhumain.

Deux corps de métier aussi importants l'un que l'autre, dans la même province. Un qu’on légifère sévèrement, l'autre qu'au laisse à l'abandon, au bon jugement de fonctionnaires déconnectés de la réalité du système de santé.

Mais n'en parlez pas à Jean Charest. Il s'en fout. Il a les deux mains sur le volant, en bon camionneur, bien protégé par des lois qui lui évitent la fatigue extrême et l’épuisement professionnel. Et  il revient à sa famille, régulièrement, souvent à l’heure convenue. Lui.



;-D

3 commentaires:

Lyne a dit...

J'ai une fille qui est née prématurée. J'ai passé plus de quatre mois, à tous les jours, en néonatologie. Ce qui m'avait étonnée le plus, c'est à tous les jours, on demandait au minimum à trois infirmières si elle pouvait faire du supplémentaire, on manquait de personnel. Je trouvais cela terrible étant donné la fragilité et les soins constants de ses enfants.
On interdit aux camionneurs de faire du supplémentaire pour éviter les accidents de la route ? Que font-ils des erreurs du personnel dû à la fatigue ? Une perte de vie sur la roûte ça couter cher au gouvernement mais une vie d'humain, cela ne leur coute rien à eux ? Ils s'en fout totalement.
Heureusement, j'étais là à tous les jours. Une fois, ma fille, qui n'était plus sur respirateur, avec besoin d'un masque d'oxygène de temps en temps. Et bien, l'infirmière, une jeune fille que je croyais encore à l'école, avait ouvert seulement la valve l'oxygène. Si je n'aurais pas été là pour l'aviser et lui interdit de lui mettre son masque, ma fille serait aujourd'hui aveugle. L'oxygène pure brule la rétine de l'oeil. Qu'est-ce qu'on m'aurait dît comme excuse ? elle est née ainsi madame. cela arrive. Depuis, cette journée, j'arrivais à 6 heures le matin et je repartais à 10 heures le soir puisque la nuit, étant plus calme, elle n'avait pas de détresse respiratoire.

C-A a dit...

La loi m’oblige a ne pas dépassé 100 km/h en voiture sur l’autoroute, qui respecte cela? C’est connu de tous même les policiers tolèrent jusqu'à 119 km/h. Tant qu’a vous vous ne connaissez rien …. Daniel Paquet votre comparaison est une des plus ridicules jamais faite par un journaliste. Avez-vous faite un minimum de recherche avant d’écrire cet article? Je ne crois pas! Laisse-moi-vous dire que vous êtes loin d’être sur la bonne route en matière de camionnage. Vous n’y connaissez rien du tout.
La réalité des semaines interminable des conditions qui vous ferrèrent retourné devant votre ordinateur à écrire de pareilles imbécilités. Vous traité d’un métier que vous n’avez pas assez bien étudié monsieur Paquet.

Anonyme a dit...

Tout d abord, à part CA vous parlez à travers votre chapeau, vous Lyne et ce malgré les epreuves que vous avez vecu. La majorite des erreurs medicales ma chere dame coute tres tres cher a la societe, car ce sont souvent des reglements hors cours et confidentiels...De plus, il est plus facile de justifier que la pinte de lait va etre en retard a l epicerie car le chauffeur de camion c est coucher pour me pas dormir au volant... lui il est seul derriere sont volant. Avez vous pensez si lhopital vous aurais dit quil ne pouvait pas soccuper de votre fille par manque d infirmiere. De plus regardez votre reaction face au travail de l infirmiere... vous etes parfaite et n avez aucune erreur a vous reprochez dans le cadre de votre travail.Moi je connais les 2 cotes de la medaille et je peux vous dires que aucune des 2 personnes ne prendrait la place de l autre... Je trouve votre commentaire estarreter a votre propre experience personnelle. Pensez-y bien soit personne ne vous soigne a lhopital et votre pinte de lait est livre en depit de tous cuex qui vont se retrouver sur le chemin du cammionneur ou encore on etablit des regles pour les camions et ont demande a cuex qui ont notre vie entre leur main de faire un peu de supplementaire... les garagistes en font dans le rush des changement de pneu car la societe veut tout tout de suite et ce sans consequence sur leur vie... ALLO